Elles ont la réputation de gagner des salaires très confortables en restant chez elles. Mais la réalité est beaucoup plus compliquée… Combien gagne une nounou ?

ul besoin d’avoir fait de longues études pour bien gagner sa vie. Claudine, 56 ans, gagne autour de 2400 euros net par mois, autant voire plus que le salaire d’un enseignant. Claudine est assistante maternelle agréée. Chaque jour, trois enfants dont un bébé, viennent animer son domicile situé en proche banlieue parisienne. Payée entre 800 et 850 euros pour chaque petit, Claudine en a la responsabilité de 9h30 à 18h30, cinq jour par semaine. «Quand les enfants sont malades, cela peut baisser à 700 euros.» Une nuance sur laquelle elle insiste. Comme si elle devait presque s’excuser de bien gagner sa vie… Pourtant, avoir la charge même temporaire d’enfants est un travail à part entière. D’ailleurs, une fois les bambins récupérés par les parents, Claudine doit anticiper tous leurs besoins. Draps, jouets, matelas, biberons, l’ensemble des frais engrangés par son activité sont à sa charge. Et les montants varient d’un mois à l’autre, de 0 euros à 50 euros voire plus. «J’ai acheté des jouets récemment soldés à 50%. Pour les biberons, souvent je les achète par lots. C’est moins cher»¸ précise t-elle.

Autre poste budgétaire, les frais d’entretien quotidien type électricité, eau, nourriture. «Nous nous mettons d’accord avec les parents au moment de signer le contrat. Je reçois 6 euros par jour et par enfant. Chez d’autres nounous, ils peuvent monter à  12 euros…» 6 euros, donc, pour la dédommager de l’électricité et de l’eau courante qu’elle va utiliser dans la journée pour un enfant.
Si elle peut garder ces trois enfants, c’est que son appartement le lui permet. Car en matière d’accueil, les conditions d’obtention de l’agrément sont drastiques. Certificat médical, copie du livret de famille, casier judiciaire ainsi que celui des occupants du domicile, évaluation du logement. Rien  n’est laissé au hasard. La sécurité des enfants, avant tout. Claudine, mère de deux garçons et d’une fille, remplissait bien les conditions.

«J’avais des jumeaux et une fille mais aujourd’hui, ils sont installés.» Alors, elle s’est dit que c’était le moment pour elle de demander un agrément auprès du conseil général de son département. Une fois, les conditions d’hébergement des enfants et son dossier validés, un agrément lui a été délivré. «Mon mari est moi disposons d’un F4 avec une superficie de 95 m2 ce qui me permet d’accueillir trois enfants.» Du coup, ils sont reçus dans des conditions optimales, une chance pour les parents. «J’ai transformé une chambre en salle de jeux et l’après-midi, je peux facilement les faire dormir chacun dans une chambre.» Une crèche à domicile, en somme.

Si Claudine et son mari ont la chance d’occuper un tel espace, c’est qu’ils sont logés en HLM. Pour 420 euros pas mois de loyer,  le couple peut profiter d’un appartement à quelques encablures du métro. Son époux, à la retraite, touche 1500 euros par mois. Le couple s’en sort plutôt bien mais ne cède pas vraiment aux folies. Propriétaire d’une voiture achetée comptant, Claudine avoue en limiter l’usage. « On s’en sert pour les vacances.» Et d’ajouter, «je refuse d’emmener les enfants…par prudence.» Côté carburant, le portefeuille ne souffre pas. «Je fais un plein pour 50 euros et  cela nous tient plus d’un mois.»  Son mari, plutôt stratège veille à revendre son véhicule assez régulièrement, histoire de «ne pas trop perdre d’argent.»

Comme 96% des Français*, Claudine a un téléphone mobile. «L’abonnement ne me coûte pas cher, 25 euros par mois.» Le couple a aussi des loisirs mais là aussi, la mesure et les astuces priment. «Samedi, je vais voir une comédie musicale avec mon mari.» 60 euros la place. Un  plaisir nouveau pour elle.  «Avant, je ne sortais pas beaucoup. Mon temps allait surtout à mes enfants…»  Pour autant, le couple n’a pas prévu de budget mensuel. C’est un peu en fonction des possibilités. «Il y a des mois où l’on ne fait rien. La prochaine sortie se sera en avril pour voir le Roi Lyon.» Pourquoi aussi loin? Pour l’instant, la place est à 100 euros. Côté vacances, le couple a prévu un séjour à la neige. Un voyage programmé depuis l’été. «On a mis des sous de côté depuis plusieurs mois.»  Coût de la semaine à la montagne? 600 euros avec transports. Je ne skie pas, ce sera des ballades. Pas de forfaits ou d’équipement  à payer, donc. L’été, les économies aussi sont de mise. «On descend dans le sud voir la famille et mon frère nous prête sa caravane. On s’en sort pour environ 800 euros pour quatre semaines.» Difficile de faire mieux.

Une nécessité pour Claudine qui gagne pourtant correctement sa vie. D’autant qu’elle prépare sa retraite. Les nounous font une déclaration fiscale spécifique. «Nous avons un dégrèvement sur nos revenus. En gros, ma retraite sera calculée sur une moitié de salaire.» Résultat, elle est contrainte d’épargner une somme plutôt élevée. «Je mets environ 800 euros de côté…les bons mois avant d’ajouter, on n’est bien payé mais il y a une contrepartie…»