Ah ! « Friends » ! et la troisième saison, plus romantique que la précédente… Enthousiasmés par la série mettant en scène des colocataires, puis par sa « série sœur » How I met your mother, nombreux sont les Français à avoir opté pour cette méthode, déjà en vogue depuis 30 ans aux USA, permettant de diviser le loyer par deux – ou trois.

Mais première déconvenue : ce n’est pas le drôle et attachant Chandler qui arrive ni la fofolle Phoebe ! Vous, vous avez hérité d’un alcoolique qui ronfle, qui laisse ses poils de barbe dans le lavabo, qui rentre à trois heures du matin en se cognant partout et vous réveille avec une compagne… ou alors, il écoute du heavy metal en oubliant de mettre son casque. Pas besoin d’en dire plus pour expliquer les complications avec les voisins et le propriétaire, ni les interminables palabres pour avoir sa part de loyer (« Demain, je te paye, promis »)

Premier vice caché: attention au bail !

Tous les noms des colocataires doivent figurer sur le bail ! Si vous n’y êtes pas, légalement, vous pouvez vous faire mettre dehors sans préavis. En sus, aucune allocation logement ne pourra vous être versée et officiellement, vous habiterez « chez… » Hugo Lemaître, agent d’assurance, nous met en garde : « Si vous y êtes mais pas votre colocataire, vous serez seul responsable en cas de sinistre ! » Indispensable donc, le bail aux plusieurs noms.

Coût : jusqu’à 10 000 euros en cas d’inondation ou d’incendie, et/ou la recherche d’un nouvel apart.

Deuxième vice caché : avec qui colouer ?

Alex, Marseillais de 28 ans, est à sa septième expérience de colocation. « Mon conseil : ne jamais faire de colocs mixtes. Jamais ! » Installé avec son meilleur ami et une jeune étudiante sur laquelle ils ont craqué tous les deux, il a perdu la même année son ami et son apart. « Et j’ai redoublé mon année de fac » ajoute-t-il, un brin dépité.

Coût : 2000 euros : le prix d’un déménagement.

Troisième vice caché : mon frigo est ton frigo…

Être colocataire, ce n’est pas seulement partager le loyer : c’est partager ce qu’il y a dans l’appartement. Ainsi Anaïs, jeune mère célibataire, partageait un très grand appartement avec deux autres familles monoparentales. « Chacune avait son étagère, mais c’est dur de dire non aux enfants. Quand ma fille voulait un Kinder de Safia, ma colocataire, je ne lui disais pas non… c’était souvent source de conflit. » Impératif : se répartir les étagères des placards, des frigos, et faire une sorte de règlement intérieur ou de charte du bien-vivre.

Coût : un caddie de courses

Alors avant de vous lancer, vérifiez bien tous ces points ! Votre futur colocataire a-t-il ou elle les mêmes horaires de vie que vous ? Sinon, êtes-vous d’accord sur le tolérance au bruit ? Qui a le droit d’avoir des invités, quand ? Qui fait le ménage ? Qui paye les courses, a-t-on le droit de se servir dans le frigo ? Y a-t-il un tour de salle de bain ? Et de cuisine ? Avez-vous prévu un préavis de départ ? Si toutes ces questions sont pénibles à aborder sur le moment, à terme, elles vous éviteront bien des problèmes.

Et vous, quels conseils donneriez-vous à de futurs colocs’ ?

Alice Buckler

Photo: DR Friends