Pour la 26e année consécutive, et comme 48 autres pays européens, la France organise les 19 et 20 septembre ses Journées du patrimoine. Le principe est invariable : l’État donne accès, gratuitement, à 15 000 des plus beaux monuments du patrimoine français – et européen. Si les monuments les plus connus tels que l’Assemblée nationale, le Sénat ou l’opéra Garnier sont toujours pris d’assaut (l’an dernier, on faisait état de plus de deux heures de file d’attente pour l’arc de Triomphe), certaines institutions, bien que plus confidentielles, proposent des visites tout aussi intéressantes.

Ainsi, la Ratp offre aux fous des trains et des transports une exposition sur le thème « véhicules centenaires » à la porte d’Auteuil, de 10 heures à 17 heures. Et entre hôtel de ville et Iéna, pour le prix d’un ticket de bus, vous pourrez assister à des saynètes jouées par des comédiens à bord de bus anciens vous menant à la découverte du patrimoine parisien. Pour les amoureux de la marche et les sportifs, chacun des vingt arrondissements parisiens propose a minima un « parcours d’architecture », permettant de partir à la découverte des dernières réalisations du « PLU » (plan local d’urbanisme) et ce du bas de Belleville au faubourg Montmartre en passant par l’île Saint-Louis.

Au rayon classiques, on peut tout de même mentionner l’incontournable mairie de Paris, à rejoindre en Vélib’ pour rester cohérent, ou le Moulin-Rouge. Plus insolite – mais réservées aux non-claustrophobes – la visite des égouts ou des catacombes (cette dernière, gérée par une société privée, restant malheureusement payante).

L’entrée au très récent musée de la Cinémathèque française, à proximité du Palais Omnisports de Paris-Bercy, coûte habituellement 5 €. Pour ces journées, vous pourrez venir admirer gratuitement la robe portée par Scarlett O’hara dans Autant en emporte le vent, ou celle de Catherine Deneuve dans Peau d’âne, et découvrirez, entre autres, les authentiques accessoires du film Psychose, samedi de 12 heures à 19 heures et dimanche de 10 heures à 20 heures. Et si vous êtes assurés de trouver de quoi étancher votre soif de culture, votre curiosité sportive sera elle aussi satisfaite : la visite des coulisses du mythique Stade de France, des vestiaires aux postes de sécurité, passe exceptionnellement de 12 € à 0 €.

Les régions ne sont pas en reste : les vingt-deux directions régionales des affaires culturelles ont pris les choses en main pour offrir des événements de premier plan. Ainsi, le conseil régional de Bourgogne a mis en place un pass Journées du patrimoine, destiné aux personnes vivant dans les zones rurales ou éloignées des sites ouverts. Gratuit pour les moins de 4 ans, à 1 € symbolique pour les 4-12 ans et à 5 € pour les adultes, ce pass permet de voyager en TER de manière illimitée en Bourgogne et en Franche-Comté le samedi toute la journée et le dimanche jusqu’à 16 h 30 (17 heures pour les plus petites communes).

À la mairie de Marseille, c’est le maire Jean-Claude Gaudin qui fera office de guide pour les visiteurs venus découvrir son bureau et « son » hôtel de ville datant de 1653. La ville de Marseille traduira cette visite en langue des signes, et les puces de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis proposeront le même service. Le thème de cette année, « un patrimoine accessible à tous », prend tout son sens quand on sait que beaucoup de villes ont fait un effort considérable pour rendre les visites plus faciles aux personnes handicapées. Les ascenseurs du nouvel opéra de Tours, par exemple, attendent les visiteurs en fauteuils et la basilique de Saint-Denis, labellisée « Tourisme et Handicap », a prévu rampes d’accès et dispositifs d’aide à la compréhension pour les handicapés auditifs et mentaux.

L’an dernier, Christine Albanel, alors ministre de la Culture, avait souhaité dédier une journée aux personnes en situation de handicap afin de les réconcilier avec le patrimoine. Cette année, Frédéric Mitterrand reste dans le même ton en affirmant, dans son éditorial d’inauguration, que « ce patrimoine est celui de tous, et un patrimoine qui appartient à tous doit être un patrimoine accessible à tous ».

Si vous désirez vous joindre aux visiteurs, un numéro d’information a été mis en service : 0 820 202 502 (0,09 euro/minute) de 9 heures à 19 heures. En 2008, la Ville de Paris avait enregistré une hausse de fréquentation de 40 % par rapport aux Journées du patrimoine de 2007. Une tendance qui promet de se confirmer cette année encore…

Marlène Schiappa