Accès à internet sans payer

Un réseau Wi-Fi est une voie d’accès à internet sans fil et aujourd’hui grâce à ce système, de nombreux individus surfent sur le net sans payer. Certaines personnes utilisent une méthode honnête pour avoir une connexion gratuite quand d’autres jouent la carte du piratage… Explications.

Allons connecter un coup !

Les bars, les hôtels, certains fast-food proposent de se connecter gratuitement à internet. Pour cela, il suffit de s’installer dans les locaux et de chercher dans son centre réseau et partage, les connexions disponibles. Bien entendu, dans ce type de lieu le client est « invité » à consommer en échange du service Wi-Fi.  « Je travaille à domicile sur mon ordinateur et parfois j’ai besoin de m’isoler pour être plus productive. Je vais donc au café à côté de chez moi et je bois mon petit chocolat chaud tout en me connectant gratuitement. Ce n’est pas désagréable surtout quand le soleil est au rendez-vous. » nous raconte Corinne S.

Ce n’est donc pas tout à fait une connexion gratuite mais prendre un café à 2€ pour 3h de communication internet ou plus semble raisonnable. Si l’internaute ne veut absolument rien débourser, il peut toujours essayer de rester près du bar ou du restaurant et tenter tout de même de se connecter. Le signal du Wi-Fi se capte en moyenne de 30 à 90 m autour de la box.

Ma ville m’offre une connexion gratuite

Certaines villes de France offrent l’internet sans fil aux visiteurs de certains lieux publics. Ce service est fourni dans les parcs, les musées, ou encore les bibliothèques… Il suffit d’être présent dans une des zones Wi-Fi définies par la mairie, d’allumer son ordinateur ou téléphone portable, de s’inscrire sur la page d’accueil de la ville pour surfer où bon vous semble.  La Mairie de Paris et la région île-de-France ont par exemple déjà mis en place un tel service. Paris WIFI dénombre ainsi pas moins de 400 bornes dans plus de 260 lieux municipaux. Après inscription, l’utilisateur dispose d’une heure de connexion gratuite par jour et par adresse mail, et ce y compris de son domicile si celui-ci est situé dans une zone de couverture.

Annuaire des hotspots sur le net

Les hotspots répertorient toutes les connexions Wi-Fi sur un secteur donné. Il est proposé aux gens de situer non pas les visites qu’ils feront en vacances ou les lieux de leurs rendez-vous professionnels, mais plutôt les connexions Wi-Fi disponibles. Il suffit de taper l’adresse de votre destination et la carte vous indique dans quelle rue, dans quel type d’établissement vous trouverez un accès internet gratuit.

Mon voisin, ce pirate

Un pirate informatique ne passe jamais par sa propre connexion. Il utilise l’adresse IP d’une autre personne pour opérer. Il existe tout d’abord le pirate « pas très méchant » qui utilise juste le réseau de son voisin afin de lire ses mails ou de surfer pour le plaisir. Pour cela, il active la Wi-Fi de son ordinateur et cherche ensuite les réseaux non sécurisés. Il n’a plus ensuite qu’à se connecter au réseau pour surfer sans pouvoir être inquiété. Si vous trouvez que votre page internet s’ouvre beaucoup moins vite, c’est peut-être que vous partager à cet instant votre débit avec votre cher voisin…

Plus sérieux, le pirate professionnel entre dans votre ordinateur, cherche dans votre disque dur et surtout peut prendre votre identité numérique grâce à votre adresse IP et ainsi procéder à des actes illégaux via votre ordinateur. Fabrice L en a fait l’expérience : « J’ai reçu un appel téléphonique d’un enquêteur de la police et j’ai été convoqué au comissariat sans comprendre réellement le motif. Une fois là-bas, ils m’ont demandé si j’utilisais internet souvent et si j’avais des connaissances particulières, quand je leur ai dit que je consultais mon compte sur le net, l’enquêteur a souri et m’a répondu que mon adresse IP avait été utilisée pour frauder des comptes professionnels ». Il est bon de savoir que  généralement le propriétaire de la ligne internet paye pour les préjudices causés par le malfrat, sous prétexte que sa ligne n’est pas correctement sécurisée. Pirate malgré lui, il doit répondre auprès de la justice d’actes dont il ignore toute existence.

Internet partout, justice nulle part ?

L’univers du numérique est très complet, la justice est encore dépassée par le piratage sur le net et les lois sur le sujet très limitées (regardons comme Hadopi peine à faire l’unanimité ou comme le tarif web social tarde à se mettre en place). C’est pourquoi, il est préférable de prendre les devants en s’assurant que son réseau est bien sécurisé. Si vous avez fait le nécessaire sur ce point, la justice ne peut engager votre faute suite à des actes de piratages.

Mélanie Fèvre

Mélanie Fèvre