Comme lui, des dizaines de clients ont reçu des factures salées, qui à cause de mails ouverts depuis l’étranger, qui à cause de matchs de foot visionnés en intégralité sur leur téléphone (facturés en plus du forfait). Aucun recours possible pour eux, puisque les tarifs sont indiqués noir sur blanc, bien qu’en police de caractère 6, dans les conditions générales de vente des opérateurs téléphoniques.

Mais un autre souci de taille, c’est le cas de le dire, attend les internautes mobiles : apprivoiser son appareil n’est pas évident, même pour des geeks. Le clavier, souvent trop petit, fait taper plusieurs lettres à la fois. Dans ces conditions, impensable de taper de longs mails remplis de mots comme « anthropocentrisme » ou « ornithorynque » : même les plus littéraires sont contraints de se mettre au langage SMS « Je me surprends à taper T OU et C KI, alors que je suis un anti-langage kikoo lol ! » déplore Thomas. L’écran tactile trop sensible met également fin à la connexion au moindre mouvement un peu rapide, et l’autonomie s’épuise rapidement : normal, après des conversations téléphoniques, des connexions web, un téléchargement, une prise de vue vidéo… « Je me retrouve à recharger une à deux fois dans la journée » explique Thomas.

Dans la lignée de l’iPhone, dont 600 000 modèles ont été vendus en France, sans compter ceux qui ont été achetés via des canaux illégaux, de nombreux appareils tactiles avec connexion web voient régulièrement le jour, par exemple les Samsung Player Style et Player Addict. Si leur tarif de base est très élevé (à partir de 99 Euros avec nouvel abonnement) il est possible, « en off », de la faire baisser. Karim travaille au service résiliation d’un opérateur et il confirme une pratique courante : Si un client appelle pour mettre fin à son abonnement, Karim a pour consigne de tout faire pour le garder. Il cède donc rapidement et propose au client le modèle de son choix à prix réduit. C’est comme ça que Thomas a pu recevoir en relais colis son BlackBerry Storm pour 59 Euros au lieu des 129 Euros qu’il aurait du régler en passant par la voix classique du renouvellement d’abonnement, et ce malgré ses 25 000 points fidélité.

Pour ceux qui voudraient envoyer des pièces jointes, gérer du traitement de texte ou des images, ou voir des vidéos en streaming sur un écran de plus de 5cm2, les e-pc proposent aussi une connexion mobile (ils pèsent à peine plus de 1 kilo) avec abonnement : Chez Orange, l’ordinateur passe alors de plus de 200 Euros à 1 Euro et permet de se connecter via une clé 3G. Si ces nouveaux moyens de connexion sont un gouffre pour les accros au net, ils permettent à ceux qui parviennent à en faire un usage raisonnable de consulter leurs mails en déplacements ou de lire Ecotidien dans les transports. C’est également une nouvelle liberté pour les personnes qui n’auraient pas pu investir dans un ordinateur classique (600 à plus de 2000 Euros) et un abonnement à domicile.

De l’autre côté de la fracture numérique, le CREDOC (Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie) explique dans son étude sur « La diffusion des technologies de l’information dans la société française » que 40% de la population française ne se connecte jamais à Internet, que ce soit pour des raisons de culture, d’âge, de désintérêt, ou pour des raisons financières.

Marlène Schiappa