Dans la pratique, il s’agit d’une intervention spécifique en travaux d’élagage permettant d’enlever les gourmands qui poussent sur le tronc de vos arbres. Il est important de noter que ces derniers sont parfois générés par la réalisation d’un élagage trop intensif ou trop tardif. Pour ce faire, vous devez maîtriser les savoir-faire requis en vue de réussir à appliquer la technique essentielle qui consiste à nettoyer de façon progressive les branches basses. En effet, cette démarche revêt une importance particulière dans la mesure où elle favorise la formation d’un fût d’excellente qualité qui se caractérise par l’absence de nœud. Dans cette optique, l’idéal est de faire appel à un élagueur confirmé pour garantir le succès de l’opération.

Découvrir les bases indispensables

Il existe effectivement différentes pratiques d’émondage en milieu urbain ou dans les campagnes bocagères. En ville, il s’agit d’une coupe qui a été initiée au début du XIXe siècle pour obtenir des têtes de saule, têtes de chat ou marottes. Pour ce faire, la flèche et les charpentières sont rabattues à la même hauteur de façon systématique tous les 3 ans. Dans cette optique, cette opération se fait après avoir laissé les arbres pousser à un certain niveau pour qu’ils n’encombrent pas la circulation.

Pour les espèces qui grandissent dans les champs, afin de favoriser l’apparition de gourmands, l’intervention se pratique plus fréquemment. A savoir :

  • saules,
  • peupliers,
  • charmes,
  • frênes,
  • chênes,
  • et ormes.

Pour ce faire, l’élagueur effectue la taille au même endroit, de façon à former des renflements cicatriciels lorsque le bois s’épaissit. L’objectif étant de réussir de manière cyclique à en récolter les repousses, en vue d’assurer la production d’osier, de fourrage ou de bois.

Maîtriser l’émondage d’un arbre forestier

Cette pratique se distingue particulièrement par le fait de favoriser la pousse des gourmands qui se caractérisent par leur empattement à la base. Dans cette optique, voici les facteurs essentiels à retenir :

  • planifier l’élagage en hiver plutôt qu’en période estivale au mois de juin-juillet,
  • supprimer un grand nombre de branches,
  • enlever les ramures le long du tronc d’un diamètre supérieur à 3 cm,
  • retirer les tiges basses sur un arbre lorsqu’il est encore trop jeune.

Pour ce faire, afin de ne pas perdre le bénéfice de l’élagage, vous devez faire l’émondage dès leur apparition, en les coupant à la base, tout en préservant la ride du tronc. Dans cette optique, en fonction de la hauteur de votre plante, vous pouvez vous servir d’une scie, d’un échenilloir ou d’un sécateur pour effectuer une coupe avec un angle parallèle au tronc. Dans certains cas, il suffit de tirer dessus pour les arracher, car leur insertion est assez superficielle.

 

Pour conclure, les travaux d’élagage sont spécifiques en fonction des objectifs souhaités. Dans cette optique, la pratique de l’émondage n’est pas identique en milieu urbain et dans les campagnes, car les résultats attendus ne sont pas les mêmes. Pour ce faire, il y a différentes étapes à suivre, afin de mieux bénéficier des avantages de toutes ces interventions spécifiques. Cependant, pour garantir le bon déroulement des opérations, il serait préférable de faire appel à un élagueur expérimenté.