La plupart des travaux d’économies d’énergie que vous réalisez (changement de chaudière, rénovation de l’isolation d’un bâtiment, pose de fenêtres à double vitrage, etc.) profitent également aux acteurs du marché de l’énergie. Lorsque vous signez avec votre artisan l’attestation de fin des travaux, vous cédez à un opérateur d’énergie un droit à  un “Certificat” qui servira de preuve administrative de l’économie d’énergie réalisée grâce à lui. Ce Certificat lui permettra de s’acquitter d’une obligation imposée par l’État, lui évitant ainsi de payer une lourde pénalité.

Volonté politique, effort collectif

Suite au Grenelle de l’environnement de 2005, la France s’est lancée dans un vaste programme de maîtrise de la consommation énergétique globale et de lutte contre le changement climatique. Parmi ces dispositifs, l’obligation pour les fournisseurs d’énergie (électricité, gaz, chaleur / froid et fioul domestique) d’inciter leur clientèle à réaliser des économies d’énergie.

Au terme d’une période de trois ans, chaque fournisseur d’énergie devra apporter la preuve des démarches entreprises grâce à ses actions dans le domaine énergétique Il évitera ainsi de payer une pénalité à laquelle il est désormais soumis. C’est cette preuve qui donne droit à un Certificat d’économie d’énergie et qui a donc une valeur réelle.

L’objectif global fixé aux opérateurs atteignant quelque 345 Terawatts, ceux-ci rivalisent de créativité pour collecter un maximum de Certificats. Incitations financières, informations, publicités, tout est mis en œuvre pour sensibiliser les consommateurs aux économies d’énergie.

La période à venir verra les objectifs imposés croître fortement (réduction de 2% par an d’ici 2015 de l’intensité énergétique finale), ce qui devrait mathématiquement intensifier les actions de promotion des acteurs du monde de l’énergie.

Réduction d’impôts + réduction d’énergie + prime

Vos travaux de rénovation ont donc une triple valeur : celle de l’énergie qu’ils vous feront économiser, celle du crédit d’impôt auquel ils vous donnent généralement droit, mais également celle qui profitera au fournisseur d’énergie à l’origine de votre décision.

Un système vertueux qui souffre toutefois d’un réel désavantage : laisser le consommateur complètement de côté et dans le flou le plus total. Car jusqu’à présent, vous n’étiez absolument pas intéressé aux profits associés à ce troisième aspect. Un comble lorsqu’on sait que certains travaux peuvent représenter de 400 à 800 euros de Certificats pour un « obligé ».

En reversant cette valeur à ses clients sous forme de bons d’achats, l’enseigne Leclerc pourra récupérer des Certificats d’économie d’énergie et inciter aux économies d’énergie, tout en s’assurant de conserver ce montant dans le chiffre d’affaire de ses magasins.

Les autres acteurs du marché susceptibles de reverser des primes de ce type (Poweo, EDF, GDF Suez, Direct Energie, Carrefour) n’ont à ce jour pas donné suite à nos demandes d’interview mais d’autres initiatives du même type pourraient suivre.

Marie Dorcival