Il y eut un bruit sourd comme il y en a des milliers dans toutes les grandes villes. Un pneu venait d’éclater. On aurait dit un grondement du tonnerre. Puis, plus rien. Juste le silence. Un silence effrayant, lancinant. Pourtant, autour de moi, des gens continuaient à aller et venir, l’air de rien, signe que la vie continuait son cours normal.

Ahuri, hébété en plein milieu de la circulation urbaine dont je ne percevais plus aucun signe, je commençais à peine à réaliser ce qui se passait. On s’adressait à moi. On me saluait. Mais je ne répondais à personne. J’étais incapable de répondre à quiconque parce que je n’entendais rien. J’étais devenu sourd. Franchement, quelle galère !

La surdité ? Mais, qu’est-ce que c’est ? Me demanderez-vous. Inutile de gamberger dans d’interminables explications. Si votre médecin vous dit que vous êtes atteint de surdité, ce que je ne vous souhaite pas, sachez que désormais pour vous l’existence n’aura plus la même saveur. En effet, être sourd, c’est perdre son acuité auditive.

Autrement dit, avec la surdité, votre capacité de perception des sons et des bruits environnants diminue considérablement. Vous n’imaginez pas l’inconfort que cela génère. Car désormais, les rares bruits que vous arrivez à percevoir semblent lointains, bien que souvent très proches de vous. L’intérêt de cet article, c’est de vous présenter cette anomalie, ses causes et surtout la façon de vous prémunir et d’éviter, autant que faire se peut, le silence dans le bruit.

 

La surdité ou perte auditive

Surdité ou hypoacousie sont d’autres appellations données à la perte auditive. Il s’agit en réalité d’une diminution des capacités de l’ouïe, l’organe de sens qui assure la perception des sons. On peut également la désigner par le terme « baisse d’audition ». Si la prise en charge de votre perte auditive n’est pas effective, cela peut occasionner une gêne et un inconfort dans vos activités quotidiennes, au travail ou à la maison.

Si votre enfant souffre de surdité et qu’elle n’est pas détectée à temps, cela peut impacter le développement de certaines facultés comme le langage. Que vous soyez un enfant ou une personne d’âge mûr, sachez que la baisse d’audition vous isole du monde et vous prive progressivement des stimuli qui assurent la préservation de vos aptitudes intellectuelles.

Toutefois, il convient de préciser que certaines surdités sont temporaires tandis que d’autres sont irréversibles. La survenue de la surdité peut être brutale ou progressive, elle peut atteindre les deux oreilles ou se limiter à une seule. Enfin, la perte de l’acuité auditive peut se faire de manière isolée ou accompagnée de fièvre, d’écoulements d’oreille, d’acouphènes ou de vertiges.

Le calcul du niveau de surdité se fait en se basant sur l’oreille saine, celle qui perçoit mieux les sons. L’unité de mesure du son est la même qu’on utilise pour diagnostiquer une perte d’audition, à savoir le décibel. Ainsi, on parle de surdité légère quand votre perte auditive oscille entre 20 et 39 décibels. Le deuxième niveau est la surdité moyenne. Dans ce cas, la perte auditive varie entre 40 et 69 décibels. Entre 60 et 89 décibels, on parle de surdité sévère. Ce niveau de surdité entraîne une gêne permanente. À plus de 90 décibels, la surdité est dite profonde. Vous n’entendez plus rien. Le silence est votre fidèle compagnon désormais.

 

Quelles sont les causes de la surdité ?

D’emblée, il convient d’indiquer que la perte auditive existe en deux types. Cette catégorisation tient compte de deux facteurs. Il y a d’une part le mécanisme ayant provoqué la surdité et d’autre part, la partie de l’oreille qui est affectée. C’est en se basant sur ces constatations que les scientifiques ont pu distinguer la surdité transmise de celle qui est liée à la perception. Concernant la surdité de transmission, un signal sonore mal transmis dans le conduit auditif peut en être la cause. Elle peut également être due à un niveau moyen de transmission du son dans le tympan.

Quand la caisse du tympan ou le conduit auditif n’existe pas, on parle alors d’une malformation congénitale de l’oreille. Le conduit auditif de l’oreille peut être bouché par le cérumen ou par un corps étranger. De nombreuses otites ou une forme chronique de cette maladie peuvent avoir généré un liquide qui reste emprisonné derrière le tympan. Un traumatisme de l’oreille qui vous a laissé des séquelles. Les osselets de l’oreille moyenne se bloquent conduisant à sa dégénérescence. Cette pathologie est couramment désignée par le terme otospongiose. Elle entraîne le remplacement de l’os de l’oreille par un autre de qualité douteuse.

Les surdités de perception quant à elles peuvent avoir plusieurs causes. Ces anomalies empêchent que le signal sonore soit transformé en influx nerveux pour que celui-ci puisse être interprété par le cerveau. La plupart des pathologies de l’oreille interne sont à l’origine de ces surdités. Il peut s’agir d’une inflammation de la cochlée, du labyrinthe ou du nerf auditif. La maladie de Ménière qui est une pathologie dont l’origine reste inconnue à ce jour. La pression augmente dans le labyrinthe empêchant son bon fonctionnement.

Les produits ototoxiques et certains médicaments peuvent provoquer la surdité. L’acide salicylique, les aminosides et d’autres antibiotiques de même famille, les diurétiques et certains médicaments que l’on utilise pour soigner le cancer sont indexés par de nombreux patients. L’exposition permanente aux bruits et le traumatisme de l’oreille interne sont d’autres causes de la surdité dites de perception. On n’oubliera pas la surdité congénitale qui peut être détectée ou non à la naissance.

 

Comment éviter la perte auditive ?

L’élimination des risques de bruits est l’une des premières mesures à prendre si vous voulez éviter la déficience auditive. Vous éloigner de sources de bruit potentielles est par exemple une décision éclairée. Le port des protecteurs auditifs est une autre mesure à l’efficacité avérée. Ces équipements permettent d’atténuer le niveau de pollution sonore.

À partir de 85 décibels, vous devez obligatoirement recourir aux protecteurs auditifs. Leur rôle consiste à réduire de façon significative l’exposition au bruit, ce qui permet d’atténuer ses répercussions sur la santé. L’efficacité des protecteurs auditifs est compromise si vous les enlevez, même pour une période de courte durée, en pleine exposition au bruit.

Il existe différents types de protecteurs auditifs. Les bouchons d’oreilles en font partie. Ils sont disponibles en plusieurs formats : réutilisables, jetables ou sur mesure. Pour la pose, il suffit de les insérer à l’intérieur du conduit auditif de vos deux oreilles. On en trouve plusieurs qualités sur le commerce en mousse, modulables, moulés sur mesure ou en mousse filaire.

Le casque antibruit est un autre type de protecteur auditif à usage professionnel. Son rôle consiste à alterner les nuisances sonores. Il couvre entièrement le pavillon de l’oreille. La particularité de cet outil est de laisser entrer les bruits environnants. En cas de sons très aigus, le casque se coupe empêchant ainsi la transmission d’un signal sonore dont la violence pourrait avoir un impact sur votre santé.