A ce jour, l’éolien en mer est une filière peu développée quant à la production d’énergies renouvelables. Pourtant de nouveaux projets naissent peu à peu, c’est le cas du parc éolien en mer de Saint-Nazaire.

Le projet éolien offshore de Saint-Nazaire

En projet depuis 2012, le parc éolien en mer de Saint-Nazaire a débuté sa phase de construction en septembre 2021. Mené par EDF Renouvelables et Enbridge (entreprise canadienne), ce parc éolien offshore est l’un des premiers en France.

La base de construction se tient au bout du port de Saint-Nazaire et le parc éolien verra le jour à une vingtaine de kilomètres au large du Pouliguen et du Croisic. Celui-ci s’étendra sur 78km2 au coeur de l’océan Atlantique.

Ce projet, à 2 milliards d’euros, comptera 80 éoliennes. Le parc atteindra ainsi une puissance de 480 mégawatts soit l’équivalent de la consommation électrique de 700 000 personnes par an.

Pour l’heure, 29 fondations sont déjà installées ainsi que 9 câbles permettant de relier entre elles les éoliennes. Ceux-ci permettent de rejoindre la sous-station électrique créée par les Chantiers de l’Atlantique et installée depuis mi-août 2021. Cette sous-station a pour charge de recueillir le courant électrique généré par les éoliennes (soit 33 000 volts) et d’en augmenter la puissance jusqu’au niveau du réseau électrique national (soit 225 000 volts). Elle est également en charge d’envoyer les commandes de production directement aux éoliennes.

Plusieurs bateaux sont présents sur le parc pour son installation. Chacun d’entre eux dispose de fonctions bien précises. Le bateau « Innovation » pose les fondations, l’« Olympic Triton » installe les câbles, le « Wind of Pride » et le « Boa Sub C » font les finitions. Enfin, le « Fugor G » fait office de gendarme pour faire respecter les distances aux pêcheurs et aux autres bateaux s’approchant trop près du chantier.

Sur ces bateaux, ce n’est pas moins de 200 employés, une centaine rien que sur le bateau « Innovation », qui s’affairent 7j/7 et 24h/24 pour tenir les délais. L’objectif étant de commencer la production d’énergie en mai 2022.

L’éolien en mer, une filière en pleine expansion

Si l’éolien offshore n’est pour le moment que peu développé, il faut tout de même noter que cette filière compte 70% de ses parcs en Europe. Ceux-ci représentent 4 à 8 gigawatts soit 20 milliards d’euros.

Avec le parc éolien de Saint-Nazaire, c’est un nouveau projet qui concrétise le développement de l’éolien offshore en France. Pour le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), Jean-Louis Bal, « c’est une délivrance ! » puisque le projet est en maturation depuis 2012, soit presque une décennie.

Jean Castex a d’ailleurs annoncé le lancement d’un autre projet éolien offshore en France. Celui d’un parc éolien en mer en Normandie. Celui-ci sera installé au large de Barfleur et sera doté d’une capacité de 1 000 mégawatts.

Ce type de projet est source d’emplois puisqu’en 2020 déjà 5 000 emplois ont été créés en France et 1 500 supplémentaires sont attendus pour 2021.

Les Chantiers de l’Atlantique ont d’ailleurs pu se diversifier dans l’éolien en mer en réalisant des sous-stations électriques. Cette activité a permis de recruter 250 personnes et pèse 10% de leur chiffre d’affaires. Leur carnet de commande pour ces sous-stations est plein jusqu’en 2023.

A l’horizon 2050, l’éolien offshore devrait atteindre 50 gigawatts soit la consommation annuelle de près de 73 millions de personnes.

Comme le dit la devise des Chantiers de l’Atlantique, « Parce que la mer est notre avenir », le développement de parcs éoliens offshore s’inscrit dans les nouveaux enjeux de la commande publique. Des enjeux tournés vers la transition écologique et l’utilisation d’énergies renouvelables.

En témoignent les appels d’offres publics dans l’éolien annoncés par Jean Castex. Pas moins de 7 nouveaux projets éoliens verront le jour d’ici à 5 ans. Ces nouveaux appels d’offres démontrent notamment la reprise franche de la commande publique en 2021 en matière d’environnement puisqu’il est observé une hausse de 44% de commandes publiques dans les projets environnementaux. Ils marquent également une volonté du Gouvernement d’augmenter sa production d’électricité d’origine renouvelable avec un objectif de 40% d’ici 2030.

Pour l’heure, vous pouvez retrouver les différents appels d’offres publics dans l’éolien sur le portail France Marchés, l’agrégateur spécialiste de l’appel d’offre public.