La communauté française de NYC accueille ses compatriotes à bras ouverts ! Ils ont accepté de confier leurs secrets sur la ville qui ne dort jamais à Ecotidien, qui vous ramène une semaine de bons plans « pas vus dans les guides »…

Si vous aussi, vous voulez être “a part of it”, il vous faudra passer par les 8 heures de vol inconfortable. Air France a lancé récemment une classe Premium: pour environ 350 € de plus que le billet en classe éco, vous aurez un fauteuil en cuir et de la place pour vos jambes; nettement plus confortable, mais aussi plus cher qu’une nuit dans un hôtel 3 étoiles. Pour tous les autres, s’y prendre à l’avance reste l’unique moyen de payer moins cher votre sésame. Au rayon formalités, comptez 3 semaines pour votre nouveau passeport biométrique si vous n’en avez pas et n’oubliez pas d’enregistrer votre demande d’exemption de visa 72 heures au plus tard avant le départ, sur le web.

Arrivé à l’aéroport, optez pour un taxi (45 dollars de cout fixe entre JFK et Manhatthan) plutôt que pour la navette à 20 dollars par personne. Pour votre hébergement, sachez que les hôtels à Manhattan sont très, très chers: “ Rien en dessous de 150 dollars la nuit, plus généralement 250 dollars.” d’après Alice et Karim, jeune couple venu à New York pour travailler dans la restauration. Le quartier de Times Square, anciennement réputé pour être un coupe-gorge, est l’un des moins chers de l’île. Au-delà, Brooklyn propose des chambres à 90 dollars, et des équivalents d’auberges de jeunesse à 25 dollars par personne. “C’est comme ça que j’ai découvert New-York, à 18 ans, et depuis j’ai toujours gardé l’espoir de venir y vivre” se souvient Alice avec nostalgie.

Avec la crise économique, beaucoup plus violente aux USA que chez nous en France, de nombreux bureaux ont fermé et sont devenus des logements d’appoint ! “Tout le long des avenues qui mènent à Central Park, on voit des panneaux “for sale” les entreprises ont fui pour le plus grand bonheur des locataires.” Ainsi, il n’est pas rare de trouver des colocataires proposant une sorte de “chambre d’hôte” à louer autour de Wall Street. Si vous n’avez pas peur des quartiers populaires et de l’imprévu, il est possible de louer sur place des appartements “two bedrooms” (=3 pièces)  à Harlem pour 75 Euros le week-end. “Ma voisine échange régulièrement son appartement” raconte Carole, 33 ans, analyste financière installée ici depuis 2 ans. D’après les sites d’échanges d’appartement, la France est très prisée par les Américains, même si vous habitez un F2 dans une petite ville, on voudra vous échanger votre logement. Autre pratique alternative, le couchsurfing ou “échange de canapé”: vous dormez chez une personne et vous hébergerez en retour une personne du réseau “couchsurfing” chez vous prochainement.

Côté tourisme, plusieurs incontournables… Pour vous rendre sur Ellis island et son Musée de l’immigration ou sur l’inévitable Statue de la Liberté, il vous faudra prendre un ferry et… votre mal en patience. 2 heures de file d’attente en journée sont nécessaires pour passer portiques de sécurité. Comme le voyage vaut le détour, un secret de Yorkais: “Zappez l’entrée côté Manhattan et prenez le ferry à Jersey. C’est le même prix, mais la file d’attente est nettement plus réduite.” chuchotte Louisa, marseillaise venue s’installer à New York qui vit à SoHo. “Les New-Yorkais méprisent les Jersey boys et Jersey girls” affirme-t-elle. “Il existe un vrai snobisme vis-à-vis de ces gens, dont on dit qu’ils passent leur vie sous le pont en voiture !”

A propos du Jersey (l’Etat voisin de ) sachez que taxes y sont deux fois inférieures à celles en vigueur à NYC. Ainsi, à un souvenir à 50 dollars, vous ajoutez en gros 8% de taxes à et seulement 4% dans le Jersey. Un calcul qui peut paraître minime, mais si vous projetez de faire de gros achats, l’heure et demie de voiture peut se justifier. “Quand je me suis installé à New-York, je suis allé acheter mes meubles et ma décoration dans le New Jersey.” explique Frédéric, récemment expatrié et membre de l’Association des Bretons de New-York, qui organise régulièrement des régates.

Pour accros du shopping, boutiques de luxe proposent des marques moins chères qu’en France et avec plus de choix (un rayon entier de montres Marc Jacobs, introuvables ici par exemple) et tarifs sont négociables. Pour vraies réductions, un bon plan pas secret du tout mais toujours efficace: Century 21, en face de ground zéro, avec ses polos Ralph Lauren à 17 dollars ses jeans Tomy Higlfiher à 29 dollars et ses vestes D&G à 200 dollars au lieu de 569. “Ce que beaucoup de Français ignorent, c’est qu’on peut négocier ! La première fois qu’une vendeuse m’a dit: hey guys, you have 10% off; je me suis demandé pourquoi. En fait ici, ça fait partie des moeurs.”

Tout comme le pourboire: obligatoire ! Certains restaurants vous indiquent même la somme à laisser en pourboire sur la note, en vous proposant d’être généreux à hauteur de 14% ou de 20% de la note… “Les fixes sont tellement bas ici, qu’on vit presque uniquement de ça” décrypte Karim, serveur. Mais sa corporation mérite cette gratification, puisque chacun sera accueilli par un “Are you doing ?” et un large sourire, certes commercial, mais un sourire quand même, déroutant pour certains Parisiens.

Amoureux de l’art moderne qui souhaitez visiter le MoMA, deux astuces: la première, venez absolument tôt le matin. Le succès des expositions notamment fait que, à partir de 12h, on ne vend plus de ticket pour la journée dans certains cas, comme en ce moment pour l’exposition consacrée à Tim Burton, où vous pourrez découvrir ses collages, dessins, sculptures, courts-métrages réalisés par lui en préparation de ses films. Autre secret: la carte à l’année. “Elle n’est pas réellement nominative et coute à peine plus cher que l’entrée individuelle. Si vous comptez vous rendre deux fois au musée, elle est rentabilisée.” calcule Louisa, qui en possède une. Idem si vous partez une semaine, et un ami part le mois suivant: vous pouvez l’acheter à deux. En outre, les “Target Free Friday Nights” permettent d’entrer gratuitement au musée les vendredis soirs: renseignez-vous sur le site du MoMa avant de partir.

Si vous préférez le sport, sachez qu’il y a presque tous jours un match à . Entre le basket, le base-ball, les matchs de compétition et les matchs d’exhibition… Sur plusieurs sites, on vous vend des places hors de prix, mais certains proposent des places pour le Madison Square Garden à partir de 20 dollars l’une. Knicks, Yankees, à vous de devenir un vrai Yorkais et de choisir votre camp. Sur place, on vous proposera des produits dérivés: t-shirts à 30 dollars, vêtements à 75 dollars, mugs à 20 dollars… mais nous vous conseillons de les délaisser au profit de la boutique NBA, dans le centre de la ville, presque deux fois moins chère. Pour ceux qui préfèrent aller voir Le Roi Lion à Broadway, le kiosque sur Times Square, en face du point de recrutement de l’Armée américaine, propose de grosses remises pour les places du soir même.

Gastronomes, vous pouvez vous rendre à Chinatown pour des nems ou des plats traditionnels, mais n’espérez pas trouver d’authentiques Italiens à Little Italy: “C’est une blague, une demi rue, avec trois restaurants tenus par des Asiatiques. Pour voir le vrai Little Italy, il faut en fait aller à Brooklyn, là où se passent la plupart des films sur la mafia” raconte Thibaud, 33 ans, installé dans le quartier Grec de New York. “L’Ecole de Gastronomie française est un incontournable”, d’après Alice qui espère y exercer un jour ses talents de pâtissière. A 25 ou 35 dollars le menu, vous pourrez goûter la cuisine du terroir revisitée par les Américains. Pour sortir le soir, à vous les délis ou les pubs, mais ne manquez surtout pas les bars cachés datant de la prohibition. “Il existe des codes, il faut rentrer en disant un mot de passe, puis dire une phrase clé, ou faire un geste de reconnaissance et quelqu’un vient vous chercher pour vous emmener déguster des whiskys dans une cave, en compagnie d’autres initiés.” raconte Thibaud, qui cède une seule adresse pour les lecteurs d’Ecotidien: ” Backroom,102 Norfolk street entre Rivington et Delancey dans Lower East Side. Descendre quelques marches, traverser la cour et c’est au fond a droite. Laissez-vous guider…”

Les Français vivant à New York sont intarissables sur leur ville de coeur et on pourrait remplir des centaines de pages de leurs bons plans, mais vous connaissez désormais quelques uns d’entre eux. N’hésitez pas à partager les vôtres, chacun à sa propre histoire avec New York…