Nous procédons à l’élagage pour diverses raisons dont l’entretien, le développement, l’apparence, etc. Ainsi, les méthodes utilisées changent selon le résultat souhaité et divers autres paramètres dont le type de l’arbre, son âge, sa localisation et sa saison. On distingue principalement l’élagage doux ou raisonné, l’élagage sévère et la marotte. Focus sur ces trois techniques de taille.

L’élagage doux ou raisonné

Il est réalisé dans le but de soigner l’arbre depuis son plus jeune âge. Il se traduit par l’enlèvement des gourmands et des branches afin d’avoir une apparence bien équilibrée. L’élagage doux ou raisonné comprend :

  • La taille de formation ;
  • La taille d’entretien ;
  • Et la taille de sauvetage.

La taille de formation est réservée à un arbre qui a été planté très récemment. Il a pour objectif d’obtenir un arbre rectiligne et en parfaite santé. Pour cela, il est obligatoire de défaire les nœuds des racines durant la plantation. Celles qui sont endommagées doivent aussi être supprimées.

En ce qui concerne les branches, vous devez enlever celles qui sont blessées et celles qui se croisent. L’objectif est de disperser les branches de manière à obtenir une parfaite concordance dans la structure. Elle convient surtout aux arbres fruitiers et aux feuillus.

La taille d’entretien quant à elle sert à sectionner les ramures de l’arbre qui sont déjà matures.

Elle favorise une meilleure aération, grâce au raccourcissement des branches. Celui-ci est réalisé pour lui attribuer une silhouette parfaite afin de l’empêcher d’encombrer le jardin.

Cette méthode sert également à traiter l’arbre et d’améliorer sa fructification.

Et enfin, la taille de sauvetage est la technique qui, comme son nom l’indique, permet à la plante de survivre. Elle consiste à supprimer la partie de l’arbre dégradée, afin de la garder en vie. Ainsi, l’irrigation de la sève est favorisée.

L’élagage sévère de l’arbre

Il vise à gérer la croissance de l’arbre. Cette opération est assez délicate. C’est la raison pour laquelle elle doit être confiée à un élagueur professionnel. Cette stratégie change la forme de l’arbre via la diminution de sa taille et de son volume. Les propriétaires ont recours à ce type d’élagage lorsque l’arbre menace les personnes et les biens situés à proximité. Les arbres de la commune sont les plus concernés par cette règle, en respectant le plan local d’urbanisme.

Ce type d’élagage épargne les branches de grande taille en raison du fait qu’elles prennent assez de temps pour cicatriser et est favorable aux mousses et aux différentes infections. Toutefois, les branches enlevées ne doivent pas représenter plus de 30% du volume de sa couronne. Les 70% restants sont indispensables à l’oxygénation de la plante. Cette pratique ne doit pas également être réalisée très fréquemment car elle peut nuire à la vie de l’arbre.

L’élagage en tête de chat ou marotte

Cette technique a pour but de parfaire l’esthétisme d’un arbre.

La marotte désigne la formation d’une boule au bout des branches. Celle-ci est produite par une taille intempestive.

L’élagage en tête de chat doit être effectué à une fréquence régulière variant entre 2 et 5 ans, et uniquement, durant le repos végétatif. Il vise au contrôle du volume de l’arbre situé près d’un bâtiment.

Il concerne surtout les plantes qui se régénèrent rapidement telles que les tilleuls, les platanes et les marronniers.

En résumé, chacune de ces 3 types d’élagage requiert une compétence élevée et un savoir-faire pointu. D’où, la nécessité de faire appel à cet élagueur dans le 78 qui est un expert dans ce domaine. D’ailleurs, engager cet artisan est un gage de réussite.