La manière d’élaguer un arbre a un impact considérable sur la santé et le développement de celui-ci. C’est pourquoi il est nécessaire d’adopter la méthode appropriée lorsqu’on élague un arbre quelconque. Celle-ci diffère selon le type, la variété, ou l’essence de l’arbre, et également en fonction du résultat que l’on souhaite obtenir. Il existe principalement trois techniques d’élagage. Découvrons, ci-après, quelques informations concernant chacune de ces techniques.

La technique d’élagage douce et raisonnée

Il s’agit d’une technique de taille ayant pour but d’entretenir et de préserver la silhouette de l’arbre. Elle se pratique de façon régulière et raisonnée. Cette technique consiste à ne couper qu’une petite partie de l’arbre en évitant de toucher à de grosses branches. Elle est effectuée sur des rameaux de moins de trois centimètres de diamètres. Il s’agit, entre-autre, des rameaux indésirables qui sont éliminés avant même qu’ils ne se développent.

Cette méthode d’élagage se pratique sur un arbre qui peut s’épanouir librement dans un vaste espace et dont la croissance ne représente aucunement une gêne pour son entourage. Dans ce cas là, il n’est pas question de restructurer complètement la forme de l’arbre. Le principe de cette technique est plutôt de garder et stimuler la forme naturelle de l’arbre tout au long de son épanouissement, en n’éliminant que ce qui est superflu, encombrant et inutile.

En outre, la taille douce se pratique progressivement tous les ans. Pendant l’opération, il faut prendre garde de ne pas blesser l’écorce de l’arbre.

La technique d’élagage sévère et ponctuelle

Par différence à la taille douce, cette deuxième technique est beaucoup plus agressive. Ici, il est question de modifier structurellement l’arbre. Dans ce cas là, c’est une taille de formation au cours de laquelle l’on s’attaque directement à l’ossature de l’arbre. Ce qui signifie que la plante ne peut conserver sa forme naturelle tout au long de sa croissance.

L’élagage sévère se pratique surtout sur de jeunes arbres afin de diriger leur croissance et leur assurer un port équilibrer tout au long. Autant que possible, cette technique de taille est à éviter sur les arbres adultes. Toutefois, cela est nécessaire notamment pour des raisons de sécurité du voisinage ou bien si le développement trop important de l’arbre constitue une gêne pour le voisin. Dans tous les cas, il faut éviter l’élagage trop sévère car on doit aussi tenir compte de l’état de santé du végétal. Elaguer ne veut pas dire condamner l’arbre. Pour cela, les branches de très grands diamètres ne doivent pas être coupées pour éviter de trop importantes blessures. Ces dernières pourraient ne pas cicatriser et être contaminées par diverses maladies. Par ailleurs, il ne faut pas éliminer plus d’un tiers de la couronne en une seule fois. C’est très important de garder l’équilibre en les racines et le feuillage. Pour cette technique, il est conseillé de laisser un professionnel comme cet artisan élagueur expérimenté qui se trouve en Moselle  opérer.

L’élagage en marotte

C’est une technique qui optimise la pousse rapide des rejets. Cela permet de limiter le développement de l’arbre en le conservant dans une forme particulière.

Une marotte est une boule qui se situe à l’extrémité d’une branche, apparue suite à une taille répétée de rejets à cet endroit. Elle doit sa forme à l’accumulation de bourrelets cicatriciels à ce niveau. Il ne faut donc jamais couper une marotte car la blessure serait trop importante et risquerait de ne pas cicatriser.

Si l’élagage en marotte est recommandé pour certaines essences d’arbre (tilleuls, saules, érables,…) ; il est, en revanche, fortement déconseillé pour d’autre (bouleau, noyer). Dans ce cas, n’hésitez pas à recourir aux avis et savoir-faire d’un élagueur professionnel si vous souhaitez réaliser cette technique particulière d’élagage.