Pourtant, quand il s’agit de notre petit confort, on s’assoie bien vite les résolutions du Grenelle de l’Environnement. Au quotidien, qui va vraiment faire ses courses à pieds, en rollers ou en vélo, qui va ramener à bout de bras ou sur son porte-bagage une bibliothèque en kit Malmö ou 2 packs de lait 2ème âge ? La plupart des magasins ont déjà abandonné les sacs en plastique jetables au profit de sacs recyclables ou réutilisables et s’attaquent désormais à la livraison. Covoiturage organisé sur Internet, coursier à vélo, tous les moyens sont bons pour satisfaire les clients qui ont maintenant une double exigence : le coût, et le coût carbone.

Chez Ikea, par exemple, la livraison coûte parfois plus cher que le meuble lui-même. Le marchand de meubles suédois a donc mis en place un système d’incitation au covoiturage sur son site Internet, après avoir organisé une campagne de publicité présentant ce transport comme un nouveau mode de vie écologique et économique. Pour une petite somme, de 2 Euros à 9 Euros, un passager peut bénéficier d’un aller-retour en voiture. Un système qui semble séduire les clients comme les magasins, puisque depuis le mois de janvier dernier, des hypermarchés comme Leclerc, Géant et Carrefour avaient déjà lancé des solutions de courses en covoiturage en partenariat avec des sites spécialisés. Le magasin Leclerc de Louédac avait alors révélé que, d’après une étude menée auprès de sa clientèle, 70% des clients automobilistes étaient seuls à bord de leur voiture !

D’autres commerçants ont décidé de mettre en place des solutions alternatives, comme un magasin de proximité de région parisienne. Sean, un client d’origine suédoise, justement, et à la conscience écolo très développée, explique : « Si on ne livre pas mes courses, je dois y aller et revenir en voiture. Les livreurs, eux, apportent des cartons sur un charriot à roulettes, c’est-à-dire zéro pollution. » La livraison est gratuite à partir de 80 Euros de courses, ajoutés à l’Euro 60 de ticket de bus de l’aller, le cout total est sans comparaison avec le prix de l’essence qu’il lui aurait fallu débourser.

Même les sites de e-commerce développent des livraisons écolos : Natural Glam, un site web de produits de beauté bio et naturels haut de gamme, a instauré la livraison « Green&Chic » pour la somme de 10€ (au lieu des 5,90€ de port classique) la cliente est livrée le jour même, entre 15h30 et 19h, à l’adresse de son choix. Florence Fouillet, responsable du site, n’envisageait pas de polluer pour livrer ses clientes : « J’ai développé un cahier des charges exigeant pour sélectionner des marques bio qualitatives et réellement soucieuses de l’environnement. J’avais à coeur d’avoir la même exigence pour la structure Natural Glam: emballages et fournitures ‘’ecofriendly’’, partenaires actifs dans le développement durable… Je souhaitais proposer à ma clientèle une livraison rapide, le jour même; la livraison Green&Chic par coursier à vélo, sur Paris et bientôt la région parisienne, était une évidence ! » nous confie-t-elle.

Une évidence aussi pour les clients: malgré l’arrivée de E10, ce nouveau carburant contenant de la betterave et des céréales, déjà controversé (les puristes déplorent entre autres l’utilisation d’engrais chimiques pour la culture de ces betteraves et céréales) la consommation dans les stations-services aurait baissé de plus de 6% le mois dernier. En parallèle, les banques bloquent toujours la majorité des dossiers de crédits à la consommation pour l’achat de voitures. Dans ces conditions, la livraison s’impose comme la seule solution pour de nombreux consommateurs. Et si, en plus, elle est écolo, c’est la

cerise sur le gâteau !

Pour aller plus loin